L’arrêt maladie, entre vérité et mensonge

Par | 2016-12-01T18:14:56+00:00 décembre 22nd, 2015|Catégories : Sujets divers|Mots-clés : , , , |0 commentaire

Nombreux sont ceux et celles qui sollicitent, auprès de leur médecin, une interruption temporaire de travail ou plus communément un arrêt maladie.

Certaines situations pathologiques qu’elles soient d’ordre morale ou physique nécessitent en effet une mise au repos afin de pleinement recouvrer ses forces.

Parfois, un arrêt maladie peut être préjudiciable pour l’intéressé lorsque sa situation professionnelle est encore précaire le menaçant ainsi d’un licenciement ou en cas de scolarisation de peur que cela n’affecte le cursus scolaire d’un élève.

Mais souvent, l’arrêt maladie est prescrit abusivement soit du fait de médecins ayant réduit leur exercice à un travail de secrétariat et de bureautique soit du fait d’une sollicitation excessive de la part de ses patients très enclins à l’indolence et à la rémunération non besogneuse…

Les conséquences sociales et économiques, du fait d’un remboursement abusif mais aussi par le préjudice causé à l’établissement dans lequel le sollicitateur du dit-document officie, sont manifestes et lourdes de conséquence.

Mais en tant que musulmans, nous pouvons nous interroger sur le préjudice spirituel supplémentaire en se confrontant au mensonge, à la supercherie, à la consommation arbitraire d’une rémunération injustement « conservée » et au préjudice financier, humain causés aux institutions concernées..

Nul doute que ces agissements provoquent la colère d’Allah ta’âla et il appartient à tout un chacun de se remettre en question face à cette problématique « banalisée » par des us et coutumes sociales, si j’ose dire, tout en menaçant l’intéressé sur le plan religieux et c’est à Allah que nous implorons le secours.

Afin d’étayer la gravité de ce fait malheureusement devenu « banal », je vous propose une réponse du shaykh Muhammed Ibn Sâlih Al-‘Uthaymin:

Question :

Est-il permis à un médecin de délivrer un certificat médical à une personne, un fonctionnaire en l’occurrence, tandis que cette dernière ne nécessite pas réellement cette attestation de même que ce médecin ne lui a pas réalisé d’examen clinique à proprement parlé ? Aussi, est-ce que le médecin est pécheur lorsqu’il accorde un arrêt maladie d’une durée supérieure à ce à quoi il puisse avoir droit ?

Réponse:

Il est rapporté dans les deux sahih d’après Abu Bakr (qu’Allah soit satisfait de lui) que le prophète (prières et salutations d’Allah sur lui) a dit :

Ne voudriez-vous pas que je vous informe des plus graves parmi les grands péchés ? Ils dirent : bien sûr ô messager d’Allah, il dit : le fait d’associer à Allah et la rupture des liens de parenté » puis, tandis qu’il était debout, il s’assit et dit: les fausses allégations et le faux témoignage

Il n’y a pas de doute que si le médecin délivre un arrêt maladie à une personne non malade alors il aura certes prononcé des allégations fausses et effectuer un faux témoignage, il aura commis un péché et se sera adonné à l’un des plus graves parmi les grands péchés.

De même, celui qui sollicite cet arrêt aura péché et menti face à sa responsabilité mais aura aussi consommé injustement de l’argent car ce salaire acquis sans besogne l’aura été sans droit de sa part. Aussi, s’il lui accorde une durée d’incapacité dépassant les besoins réels du malade comme le fait qu’il ait besoin de trois jours et que celui-ci lui en accorde quatre. Tout ceci est illicite et fait parti des plus graves parmi les grands péchés.

En vérité, lorsque l’individu réfléchi à tout cela, il en vient à s’étonner que cela puisse concerner le musulman, ne sommes-nous pas tous des musulmans ? Notre religion n’interdit-elle donc pas cela ? Est-ce que la raison fondée sur la foi et l’Islam ne pourrait-elle pas interdire cela ?

La réponse : bien sûr mais malheureusement cela affecte les musulmans et c’est une honte pour tous les musulmans.

De nos jours, certains simples d’esprits disent : « les mécréants sont plus conseilleurs, plus véridiques et inspirent plus la confiance que les musulmans », et cela peut être vrai dans certaines situations.

Mais nous leur disons : la religion musulmane est plus complète que n’importe quelle autre religion, la voie de l’Islam est meilleure que toute autre voie et la loi islamique est au dessus de toute autre loi mais le malheur concerne les gens de l’Islam et non l’Islam lui-même.

Aussi longtemps qu’un homme chérit l’Islam, manifeste sa fierté pour l’Islam et aspire à la récompense d’Allah, comment peut-il donc s’opposer à la loi de l’Islam ?! Pourquoi vais-je prononcer des fausses paroles ? Pourquoi vais-je faire un faux témoignage ? Pourquoi vais-je consommer injustement l’argent d’autrui ? Pourquoi vais-je trahir ma responsabilité ?

Tout ceci suscite notre désarroi et explique le déclin des musulmans et la domination qu’exercent leurs ennemis à leur encontre.

Dans certaines contrées musulmanes, nos frères musulmans sont sacrifiés et égorgés comme on le ferait avec un agneau, leur sacralité est violée, leurs enfants kidnappés, leurs biens spoliés et pour quelle raison ? Tout ceci en raison de nos péchés et de nos désobéissances.

Nous demandons à Allah qu’Il nous accorde Son pardon et qu’Il nous secoure face à nos ennemis,

Silsilat liqa as-shahri, at-tadawi wa at-tib, n°7

Pour écouter, cliquez ici

À propos de l'auteur :

Spécialiste en médecine générale Diplômé de la faculté de médecine d’Amiens avec mention très honorable Auteur de la thèse « Evaluation du recours aux médecines complémentaires et alternatives, en médecine générale, dans le département de l’Oise » Sept.2012 Ancien membre de l’International Cupping Therapy Society Ancien praticien libéral, en cliniques privés parisiennes, en médecine interne et en hémato-cancérologie

Laisser un commentaire

6fe43373481d7185070beccbd1e0e3e2jjjjjjjjjjjjjjjj