La Programmation Neuro-Linguistique (PNL)

Par | 2017-07-22T11:08:25+00:00 décembre 10th, 2016|Catégories : Entretiens|0 commentaire

A notre époque, la souffrance psychologique est largement répandue dans notre communauté.

Tandis que ses composantes sont très diverses et variées, ses outils de résolutions le sont tout autant.

Parmi ces approches dites « psychothérapeutiques »:

  • certaines sont classiques et éprouvées telles que les thérapies cognitivo-comportementales, brèves, de positivation, selfhelp…
  • d’autres sont dénoncées telle que la psychanalyse
  • de nouvelles sont sujettes à suspicion dont la programmation neuro-linguistique (PNL)

La PNL fait intervenir plusieurs principes:

  • la modélisation: le but étant d’identifier des modèles de réussite socio-professionnelle et d’analyser les différentes étapes ayant concrétisé ce succès afin d’en définir des règles et concourir à ce même dessein; il se pose la question de la légitimité de ces modèles établis, au nom de quels principes sont il désignés? Le mimétisme aveugle de nos co-religionnaires face à ces prétendues élites sociales est une voie de perversion manifeste,
  • la manipulation: les praticiens expérimentés, appelés aussi « maître PNL », détiennent dès lors une capacité d’influence et de contrôle directement sur les individus les sollicitant ou bien dans l’environnement social du dit-sollicitateur; de nombreux d’outils permettent ainsi à un praticien PNL de suggérer, insuffler et provoquer l’adhésion à bon nombre d’idées qu’il aura jugées bénéfiques à son égard, dans un jeu de manipulation égocentrique voire pervers; cette notion a longtemps été reprise par les détracteurs de cette pratique tant l’idée d’un « gourou » était suggérée,
  • l’anticipation: comme l’essentiel des psychothérapies actuelles, le rapport au divin est banni tandis que l’individu est réduit à un mode de fonctionnement proche de celui de l’animal, dans une certaine mesure (notion de pulsions propre à la psychanalyse) ou à son extrême dans l’approche cybernétique considérant l’homme comme une espèce animale évoluée; la PNL prétend anticiper les actions des individus en les détachant d’une force supérieure influant leur existence et en « mathématisant » ses modes d’interactions avec le monde environnant; d’autre part, la PNL définit leurs échecs et succès comme des expériences de la vie, fruits d’un hasard pédagogique par le biais duquel l’individu ne commet pas d’erreur à proprement parler mais se construit à mesure; la déresponsabilisation du patient dans ses souffrance et la prétendue émancipation de toute influence céleste sont un égarement manifeste.

Plusieurs savants contemporains se sont exprimés sur la PNL:

  • la plupart ont considéré que les musulmans ne devaient pas se fier à ces techniques et se rattacher plutôt aux enseignements prophétiques de risque d’être troublés par des ambiguïtés propres à la PNL; parmi eux, shaykh ‘Abdul’Aziz Al-Shaykh et shaykh Salih Al-Fawzan,
  • certains ont permis le recours à la PNL considérant son bénéfice expérimental suffisamment significatif pour ne pas bannir celle-ci; parmi eux shaykh Muhammed Ibn ‘Omar Bazmoul,

Nous avons soumis la légitimité de ce recours à shaykh Souleyman Ar-Rouheyli,

Questionneur:

Il existe de nombreuses approches psychothérapeutiques, ici au Maroc, dont ce qui est nommé par la programmation neuro-linguistique (PNL) qui possèdent des fondements philosophiques voire des concepts affiliés à l’associationnisme. Toutefois, certaines techniques propres à la PNL ont prouvé un bénéfice expérimental tout en étant dénuées d’une quelconque composante associationniste comme ce qui est décrit par la psychothérapie de positivation. Est-il permis de recourir à ces dernières de par leur caractère « épuré »?

Shaykh:

Quant à la PNL, ses fondements sont d’origine païenne, en opposition avec l’Islam, ceci est bien connu. Il n’est pas permis de l’exposer aux musulmans ni même d’y recourir.

Quant aux outils psychothérapeutiques dont l’efficacité expérimentale est attestée, et qui pourraient se retrouver dans la PNL sans être de la PNL à proprement parler, telle que les stratégies de rétrospection et de positivation, il n’y a pas de mal à y recourir. Il ne s’agit pas ici de PNL à laquelle nous n’adhérons pas et dont nous nous désavouons dans l’absolu.

Les autres techniques, même si elles sont décrites dans la PNL et qui en réalité ne se confondent pas avec celle-ci, il n’y a pas de mal.

Il est permis de recourir à toute technique de soin dont l’efficacité expérimentale est prouvée et qui ne s’oppose pas à la législation Islamique.

 

À propos de l'auteur :

Spécialiste en médecine générale Diplômé de la faculté de médecine d’Amiens avec mention très honorable Auteur de la thèse « Evaluation du recours aux médecines complémentaires et alternatives, en médecine générale, dans le département de l’Oise » Sept.2012 Ancien membre de l’International Cupping Therapy Society Ancien praticien libéral, en cliniques privés parisiennes, en médecine interne et en hémato-cancérologie

Laisser un commentaire

1ed2b7f6b660d095f34dda3e95df589fUUUUUUUUUUUUUUUUUUU